mercredi 21 janvier 2015

Un caillou dans la chaussure


L'innovation est un sujet passionnant, et les freins que l'on rencontre parfois sont tout simplement incroyables.

Parfois, en traitant un problème de façon radicale, on est surpris que cette innovation ne soit pas acceptée immédiatement alors que la solution apportée apporte un plus indéniable, sans effets néfastes identifiés.  Alors, où est la faille?


L'image qui me vient est une expérience assez récente. Je venais voir un utilisateur et, au cours de notre entretien,  je lui soumettais un produit destiné à lui faciliter la vie, et surtout lui permettant de gagner du temps dans la réalisation d'une tâche particulière.
Quelques tests plus loin, l'outil en question ayant été finalement maîtrisé, l'utilisateur me confie que, effectivement, l'outil est très pratique, et, de plus, réalise un travail beaucoup plus précis qu'auparavant tout en étant plus rapide.
Je l'interroge alors sur le fait que cela devait lui prendre habituellement du temps pour réaliser cette opération de façon classique.
Sur ce, il me répond : "Oui, c'est long, mais bon, il faut bien le faire."
En fait, bien qu'il ait intégré les bénéfices apportés par l'outil, il n'avait pas encore envisagé les modifications nécessaires autour du processus. Le temps important pour réaliser la tâche n'est pas réellement perçu comme un problème, car ce temps est compris dans un processus plus large. Il s'est donc organisé en fonction de ce paramètre, et tout s'ajuste correctement.
La notion qu'il faut retenir dans ce cas est que cette innovation, en modifiant un des paramètres (le temps) influe sur le super-système (le processus complet) et que son acceptation passera nécessairement par une redéfinition de ce processus.

Comme le caillou dans la chaussure, on peut très bien vivre avec sans même songer à améliorer la situation. Et puis on l'enlève et on peut alors se demander comment on a fait jusqu'à présent pour supporter ce maudit caillou...
Enregistrer un commentaire